NOTRE HISTOIRE

De 1983 à 1988

Sur ces 5 années, notre compagnie composée exclusivement d’amateurs(trices), a mis à son actif plusieurs spectacles d’intervention et créations autonomes conséquentes, élaborées sur base de nombreuses et régulières rencontres dans les quartiers de Grâce-Berleur et de Glain.

Des centaines d’heures – passées à rencontrer les jeunes et les habitants de ces quartiers, chez eux, sur la place publique, dans les bistros ou les soirées, au terrain d’aventure ou à l’usine, à discuter, à partager leurs quotidiens et surtout à observer et à écouter leurs histoires et anecdotes – ont donné naissance à pas moins de 10 créations théâtrales entre janvier 1983 et mai 1988. Sans parler des expositions photos, créations d’affiches hebdomadaires, émissions radio, concerts (“Panache Culture”, à leurs tous débuts, notamment), accueils d’autres troupes.

1988

« La Potée Ose, Mon Chou »,  « Contes d’une M.J. peu ordinaire », « Tentative d’Evasion » (atelier théâtre), « Cent Drames de Hachis Social », « Dérive des Continents », « Hasch, Chiche? », « Et Derrière nos Façades » (atelier théâtre) ou encore “Menu Plaisir”, kaleïdoscope rassemblant des modèles de forum courts comme « Le Triangle Dort », « 38°8 Le soir » ou « Les Murs du Silence »

De 1989 à 2003

Durant ces quinze années divers autres axes de travail ont marqué l’histoire de notre compagnie et lui ont conféré certaines couleurs particulières (dans le domaine du Théâtre Action).

Les créations « mixtes ». Plusieurs de ces ateliers-théâtre ont abouti à des créations mélangeant les participants de l’atelier et des « permanents » de la troupe. C’est sur base de cette dynamique qu’ont vu le jour des spectacles comme « Un Caniveau pour Royaume », « Encre Rouge sur Fond Noir » ou « Hasch Chiche? » …

Les interventions. Le théâtre interventioniste a fait partie intégrante de notre démarche. Plusieurs créations ont été ainsi élaborées puis présentées dans des endroits aussi variés et inhabituels que des files de pointage, des transports en commun, des grandes surfaces, des manifestations, des appartements, ou “simplement” dans la rue et cela en soutien, souvent, à des collectifs tels que « Chômeurs pas Chiens”, le “Collectif Sans Ticket”, le “Collectif d’Action pour des Gênes Ethiques”, le “Front Anti Fasciste”, le “Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers”, …

Les “One Shoot”. Il s’agissait d’interventions théâtrales présentées sur le vif. En effet, nous étions alors régulièrement sollicités pour monter ce genre de créations jouées une seule fois, dans un contexte particulier ou un cadre événementiel.Producteur et organisateur. Une autre particularité de “Acteurs de l’Ombre” est d’avoir organisé divers évènements; citons les « Descente dans La Zone I (1987) et II (1992)”, sortes de « labyrinthes/parcours découverte »dans le bâtiment de cette M.J. C’est ce genre d’expérience qui aura incité l’équipe a participé activement aux différentes éditions du « Festival International de Théâtre Action« .

DE 2003 À 2013

Le travail en atelier redevient une priorité, grâce à l’obtention des subsides du FSE . Nous développons également des projets européens, des projets avec le Chili et le Sénégal. Ces différents projets permettent à Acteurs de l’Ombre d’avoir une visibilité à l’extérieur de la Belgique mais permet surtout aux comédiens et aux participants d’ateliers d’échanger sur leurs pratiques.

En 2012, le décès inattendu de notre collègue et fondateur de l’asbl, Roland Reuter marque l’esprit de l’équipe qui sollicite de nouveaux collaborateurs pour renforcer le travail sur le terrain.